Le prêt participatif
23 janvier 2015
Le crowdfunding Equity
6 avril 2017

Le crowdlending

Le crowdlending ou comment emprunter auprès des particuliers ?

Le rendement des placements réputés sûrs étant actuellement faible compte tenu du niveau des taux d’intérêt, les particuliers se demandent de plus en plus comment mieux faire fructifier leur épargne. Or, les achats d’actions cotées en Bourse sont toujours risqués pour toute personne qui ne possède pas une solide culture financière. Désormais ils peuvent prêter leur argent à des entreprises grâce au crowdlending tout en bénéficiant de taux d’intérêts intéressants.

Le fonctionnement des plateformes de prêt aux entreprises

Cette solution consiste à prêter de l’argent aux entreprises en utilisant le système du financement participatif qui est aussi appelé crowdfunding.

Ce type d’opération se déroule ainsi : une plate-forme de financement participatif joue le rôle d’intermédiaire entre une petite société qui a besoin d’emprunter des fonds et des particuliers qui souhaitent placer leur épargne. Le plus souvent, une solution de paiement partenaire garantit au prêteur le caractère transparent des opérations.

Le crowdlending est réglementé depuis le 1er octobre 2014

La réglementation a pour but de protéger le « consommateur » et s’appuie principalement sur 3 points :

  • Les entreprises ne peuvent pas emprunter plus de 1 million d’euros
  • Les particuliers, quant à eux, ne peuvent pas investir plus de 1000 € par projet
  • La plateforme doit elle-même être agréée par l’ORIAS et doit bénéficier du statut d’intermédiaire en financement participatif.

Le rôle des plateformes de prêt

Même si les taux d’intérêt sont avantageux pour les prêteurs, les plateformes se doivent de limiter le risque de ces derniers. En effet les prêts sont réalisés sans garanties et peuvent donc ne pas être remboursés par les entreprises.

Ainsi la plateforme doit vérifier avec soin l’équilibre du bilan et de la rentabilité de l’entreprise emprunteuse. En ce qui concerne son bilan, il faut toujours commencer par vérifier si après la mise en place des prêts qu’elle demande aux particuliers, le total de ses dettes à moyen terme ne dépassera pas le montant de ses fonds propres.

D’autre part, il faut vérifier si après la mise en place de l’emprunt, la société aura un fonds de roulement suffisant pour lui permettre d’équilibrer sa trésorerie.

En ce qui concerne sa rentabilité, il faut s’assurer du fait que les charges annuelles de remboursement de tous ses emprunts ne dépasseront pas la moitié de sa capacité annuelle d’autofinancement. En effet, les professionnels du crédit aux entreprises exigent toujours que l’entreprise soit suffisamment rentable pour être théoriquement capable de rembourser ses emprunts à moyen terme deux fois plus vite que leur durée ne le prévoit.

Enfin il est recommandé de vérifier si l’environnement économique de l’entreprise est satisfaisant et notamment si son marché est porteur.

Quels sont les avantages et les inconvénients pour les prêteurs ?

Le prêteur particulier bénéficie d’une rémunération nettement supérieure à celle du livret A. A titre d’exemple, Les taux proposés par les plateformes de crowdlending sont compris entre 4% et 10 %. En revanche, son argent est indisponible tant que les remboursements de l’emprunt ne sont pas arrivés à échéance.

Enfin, les particuliers qui profitent de cette opportunité ne doivent pas s’attendre à des avantages fiscaux spécifiques. La fiscalité applicable est la même que celle qui est prévue pour les comptes à terme ou pour les comptes sur livret. Les intérêts seront soumis à l’impôt sur le revenu selon le barême progressif et aux prélèvement sociaux (CSG + CRDS) de 15,5 %

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *