Les crédits aux entreprises en légère hausse
21 septembre 2013
Le crédit professionnel
20 janvier 2015

Le financement participatif pour les entreprises

Le crowdfunding : mode de financement intéressant pour les entrepreneurs

Egalement connu sous le nom de crowdfunding, le financement participatif désigne une technique de financement qui permet à une entreprise de trouver les fonds nécessaires à la réalisation d’un projet.

Pour ce faire, celle-ci sollicite le soutien financier du public via généralement une plateforme web. Cette méthode qui connait aujourd’hui un engouement à travers de nombreux pays au monde dont notamment la France a vu le jour aux États-Unis en 2009 grâce à la plateforme Kickstarter. Les entreprises peuvent y recourir pour financer des projets dans une variété de domaines. Le financement participatif met donc en relation des investisseurs encore appelés donateurs ou contributeurs et des porteurs de projets d’entreprise à la recherche d’argent.

Les différentes formes de crowdfunding

Il existe trois principaux types de financement participatif pour entreprise :

On peut citer le modèle basé sur la prise de participation en capital ou l’investissement. Dans ce cas, l’investisseur devient propriétaire des titres de créance ou de capital émis par la société qui sollicite les fonds au moyen de cette méthode. Cette forme permet donc la souscription de titres qui peuvent être des obligations ou des actions. L’avantage de ce modèle réside dans le fait qu’il permet à la PME ou Start up de bénéficier d’un réel accompagnement par un business Angel. C’est ce qu’on appelle l’equity.

Il y a en outre le financement participatif sous forme de prêt avec ou sans taux d’intérêt. Ce modèle également appelé crowdlending convient parfaitement aux entreprises qui souhaitent se développer. En effet les plateformes imposent souvent des conditions strictes comme la fourniture de 2 ou 3 bilans par exemple, ce qui n’est donc pas possible pour les créations.

Enfin, on peut mentionner le système de don permettant la récolte de contributions préalablement au lancement d’un produit par exemple. En général, cette forme se fonde sur la générosité des investisseurs et surtout la volonté de ces derniers de participer à la mise en œuvre d’un projet innovant d’entreprise. Ce modèle est le plus simple en matière de financement participatif pour un projet d’entreprise. Il faut cependant souligner qu’il donne lieu à différents types de contreparties.

Le fonctionnement pour un projet entreprise

Le principe du fonctionnement du financement participatif pour un projet d’entreprise n’est pas différent de celui d’un projet particulier. Il y a donc d’un côté, la Start up ou PME qui désire réaliser un projet mais qui ne dispose pas de moyens financiers nécessaires. De l’autre côté, les investisseurs généralement des business angels qui veulent investir dans des projets innovants et prometteurs. La plateforme va permettre aux deux parties de se rencontrer.

L’épargnant ou investisseur choisit de financer le ou les projets qui lui conviennent et selon les montants qu’il est prêt à dépenser. Pour ce dernier, ce fonctionnement assez simple de cette technique de financement lui offre de multiples avantages. On peut citer entre autres la transparence dans la mesure où l’investisseur a la liberté du choix des projets qui répondent à ses valeurs.

Pour l’entreprise, c’est un excellent moyen d’associer des personnes aux compétences variées dans un domaine précis comme c’est le cas avec les business Angels qui assurent un accompagnement du porteur de projet.

A qui s’adresse-t-il ?

Le financement participatif est destiné aux porteurs de projets dans une variété de secteurs d’activité. Parmi les domaines pris en compte par les investisseurs sur les plateformes dédiées, il y a les entreprises d’édition, à savoir presse en ligne, documentaires, bandes dessinées ou encore presse classique, le sport, la mode, le web avec les réseaux sociaux thématiques ou le développement d’applications, l’E-commerce et le High-tech ainsi que les activités de création notamment les projets cinématographiques, la musique, les arts ou le design.

La réglementation

Le financement participatif est soumis à une réglementation similaire à celle des établissements bancaires classiques. Ainsi, les plateformes qui proposent ce type de financement doivent respecter les règles prudentielles. Il s’agit pour ces structures d’assurer un contrôle anti-terrorisme, anti-blanchissement et d’identifier dans les détails l’investisseur en lui demandant de fournir ses justificatifs de domicile et d’identité.

Parce que le financement participatif est un investissement à risque, les plateformes doivent également appliquer des règles de contrôle de qualification des épargnants. Il convient en outre de préciser que depuis le 30 mai 2014 une ordonnance définit le statut des professionnels spécialistes du conseil en investissement participatifs. Ce texte concerne les structures qui offrent des titres aux investisseurs. Cette ordonnance est également relative au statut des intermédiaires en financement participatif pour le compte des plateformes. Depuis le 1er octobre 2014, ce texte est en vigueur.

Le coût

L’entreprise qui passe par une plateforme de financement participatif pour obtenir les fonds nécessaires à la réalisation de ses projets doit payer des frais à celle-ci. D’une manière générale, le coût des services dans ce domaine varie entre 5 et 12% du montant des sommes obtenues par la PME ou la Start up, ce qui est supérieur la mise en place d’un crédit bancaire professionnel.

Je dépose ma demande en Financement participatif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *